Le bio, qu'est-ce que c'est ?

On dit des produits bio qu'ils sont plus sains, plus naturels, plus authentiques... Oui, mais comment sont-ils produits exactement ?

Quels sont les différences avec ceux de l'agriculture conventionnelle ? Explications.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les différences avec l'agriculture conventionnelle


L'agriculture biologique est "un mode de production agricole exempt de produits chimiques de synthèse" (définition du Ministère de l'Agriculture). Autrement dit, l'agriculture biologique est garantie sans engrais chimique, sans pesticides, herbicides, fongicides… Et bien sûr, sans organisme génétiquement modifié (OGM).

Du côté de l'élevage, les animaux bio reçoivent des 
aliments à 90% d'origine biologique (herbe, foin, céréales…) et en grande partie produite à la ferme. Les farines animales sont évidemment proscrites.
Ces animaux sont élevés 
en plein air et seul deux traitements antibiotiques sont autorisés par an. Il faut savoir qu'à l'inverse, les animaux de batteries, plus exposés au stress et aux infections, reçoivent régulièrement une petite dose d'antibiotique dans leurs mangeoires...
De plus, 
le temps de croissance des animaux bio est plus long. Ainsi, un poulet conventionnel est abattu au bout de 45 jours, alors qu'un poulet bio l'est au bout de 90 jours minimum.

Enfin, du côté des produits transformés (pains, gâteaux…), ceux-ci ne subissent aucun traitement chimique. Autrement dit, ils sont garantis 
sans additifs alimentaires, sans antioxydants, stabilisants, arômes artificiels…



Les spécificités de l'agriculture biologique


Pour fertiliser la terre et protéger les cultures, les agriculteurs bio utilisent 
le compost - un mélange de fumier et de débris végétaux qu'on a laissé se décomposer à l'air libre plusieurs semaines –

l'engrais vert (comme le trèfle riche en azote) et

les algues (comme le lithotamne qui fonctionne bien en Bretagne, sur une terre acide et granitique).

Pour ne pas épuiser les sols, ils ont recours à 
la rotation des cultures (par exemple, alterner les légumes à feuilles et les légumes-racines qui n'attirent pas les mêmes parasites et n'absorbent pas les mêmes minéraux) et àl'association polyculture/élevage.

Pour lutter contre les insectes ravageurs, ils préservent les haies où vivent des prédateurs naturels, comme les coccinelles qui mangent les pucerons ou les mésanges qui mangent les insectes et les chenilles… A noter aussi qu'à l'automne, les feuilles de ces haies fournissent un engrais naturel.

Pour soigner les animaux, les éleveurs biologiques ont recours àl'homéopathie et la phytothérapie (traitement pas les plantes).

Enfin, pour recréer les systèmes bouleversés par l'agriculture intensive et donc favoriser la biodiversité, les agriculteurs bio favorisent les variétés végétales et les espèces animales locales, adaptées au terroir et aux conditions climatiques, et donc naturellement résistantes aux parasites et maladies. Celles-ci ont malheureusement souvent été délaissées pour manque de productivité.

 

 

Dynamique 

 

Présentation de l'agriculture biodynamique

     

L’agriculture européenne traverse actuellement une crise importante. Cette crise se caractérise par deux grands points :


    ● le problème de la pollution de l’environnement (sol, eau, air, …)
    ● et la déprise agricole qui touche de nombreuses régions, notamment de moyenne montagne.


En quelques années, les conséquences de ces dérives nous ont amené à nous poser de nombreuses questions : à l’avenir, la Terre nous donnera-t-elle encore ce dont les Hommes ont besoin pour leur existence physique ? Que mangeons-nous vraiment ?…
Derrière ces questions essentielles apparaît la question de responsabilité, qu’il s’agisse d’environnement, de production, de qualité des aliments ou de tissu social. Même si l’agriculture n’est qu’en partie responsable de la situation où se trouve la biosphère (par suite de l’essor industriel et économique), elle se trouve toujours citée dans le débat. Les enjeux et les conséquences sont tels, que chacun aujourd’hui se sent concerné.


Parler de responsabilité suppose qu’il existe une éthique et des raisons d’agir.
On reproche à l’agriculture intensive de s’être trop éloignée des conditions d’un travail durablement stable et sain. De plus, les constantes difficultés rencontrées par la politique agricole tendent à nous prouver que les méthodes industrielles ne sont pas adaptées à l’agriculture, un métier où l’on travaille avec des êtres vivants.

Mais l’idée d’une production durable, respectueuse de l’environnement, satisfaisante sur le plan quantitatif et qualitatif, n’est nullement nouvelle.

Dés 1924, Rudolf Steiner donna les fondements de ce qui allait devenir l’agriculture biodynamique.
Même si le nombre de fermes qui travaillent selon les méthodes de l’agriculture biodynamique ou biologique reste encore trop faible, notamment en France, des alternatives existent et font leurs preuves.

 En 1924, Rudolf Steiner, fondateur de l’anthroposophie, posa les fondements de l’agriculture biodynamique, sous la forme de huit conférences prononcées au Domaine Koberwitz, près de Breslau en Silésie.
Rudolf Steiner a donné ce cours d’agriculture sur la demande de plusieurs agriculteurs inquiets d’observer la croissance de la dégénérescence des semences et de la baisse de la qualité des aliments produits : « Que faut-il faire pour stopper la baisse de la qualité des semences et de l’alimentation ? »


En réponse à une question sur les maladies végétales, Rudolf Steiner expliqua qu’en réalité ce n’était pas en premier lieu la plante qui était malade mais l’environnement et particulièrement le sol, qui pouvait tomber malade. Il fallait donc chercher les causes des prétendues maladies des plantes dans l’état du sol et de l’environnement.
Ce « Cours aux agriculteurs », comme on le nomme habituellement, a été imprimé dés 1925, tout d’abord pour un cercle interne puis pour tous.

 

Définition de la Biodynamique 

 

 L’agriculture biodynamique est une agriculture assurant la santé du sol et des plantes pour procurer une alimentation saine aux animaux et aux Hommes. Elle se base sur une profonde compréhension des lois du « vivant » acquise par une vision qualitative/globale de la nature. Elle considère que la nature est actuellement tellement dégradée qu’elle n’est plus capable de se guérir elle-même et qu’il est nécessaire de redonner au sol sa vitalité féconde indispensable à la santé des plantes, des animaux et des Hommes grâce à des procédés "thérapeutiques"."


L’idéal de l’agriculture biodynamique est l’organisme agricole avec la plus grande autonomie de production adaptée aux conditions locales et aux possibilités de travail locales. »


Les buts de l’agriculture biodynamique : 


    ● soigner la terre
    ● régénérer, façonner et entretenir les paysages
    ● fournir aux Hommes une alimentation saine
    ● développer l’approche du vivant et comprendre le rôle de l’Homme
    ● ouvrir de nouvelles perspectives sociales sur les fermes comme dans les liens producteurs, consommateurs (en y incluant les commerçants)


Les pratiques spécifiques de l’agriculture biodynamique : 


    ● La conception de la ferme comme un organisme agricole
    ● La fabrication, l’utilisation et la dynamisation de « préparations biodynamiques »
    ● La prise en compte des influences de la périphérie cosmique (lune, soleil, planètes, …)

Les fermes biodynamiques et de nombreuses entreprises biologiques apparues au cours des années ont le mérite d’avoir conservé les procédés traditionnels, d’en avoir développé de nouveaux et de les avoir portés au niveau technique actuel.

Il faut savoir également que l’agriculture biodynamique et l’agriculture biologique, bien que de conception différente, poursuivent les mêmes buts et collaborent volontiers ensemble dans des projets communs.


 

 

 

Nous découvrirons ensemble quelques mots de vocabulaire les plus usités ainsi que la définition de la traçabilité, l'irradation, les pesticides et bien d'autres encore .

 

 DAAF  / PNA   

(Plan National Alimentaire ) 

 http://www.daf974.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/03_DAAF_PNA_PRALIM_cle829144.pdf

Etre ou Devenir,UN CITOYEN !!

Consommateur !

Responsable !

 

Facile , Ne cherchez plus,

Envie d'une sortie mais où ?

Envie d'un met particulier ?

Envie d'un lieu ?

Envie d'un restaurant ?

 

Une seule adresse.......!

http://www.choisissez-votre-resto.fr/